235 Rue Rochette, Saint-Pascal, QC G0L 3Y0
(418) 492-1660 poste 239

Blog

| Offre d’emploi | Coordonnateur (trice) en communication et marketing

 

Souhaitez-vous joindre une équipe dynamique où vous ferez toute la différence ? Promotion Kamouraska vous offre la possibilité de relever de nouveaux défis auprès d’une équipe collaborative où la communication et l’esprit d’équipe sont de notre ADN. Vous serez appelé à vous impliquer dans différents projets stimulants pour participer à la vitalité du territoire. Promotion Kamouraska est un organisme sans but lucratif qui a pour mission de positionner la région du Kamouraska comme une destination de choix en soutenant l’offre touristique et d’attractivité tout en assurant la promotion du territoire.

COORDONNATEUR(TRICE) EN COMMUNICATION ET MARKETING

Relevant de la direction générale de Promotion Kamouraska le coordonnateur (trice) en communication et marketing conçoit et met en œuvre les politiques et les stratégies de communication, de mise en marché et de positionnement de la région du Kamouraska. Il/elle contribue à promouvoir la notoriété et l’image de marque Le Kamouraska, en plus de celles de Tourisme Kamouraska et de la MRC de Kamouraska. 

  • Planifier, organiser et réaliser des actions de communication et de promotion de la région du Kamouraska;
  • Assurer la visibilité de l’image de marque du territoire;
  • Coordonner et participer aux différentes activités de positionnement en attractivité;
  • Élaborer et mettre en place des stratégies de positionnement visant à attirer, accueillir et retenir des employés, des citoyens et des touristes au Kamouraska;
  • Maintenir une veille stratégique des tendances en attractivité régionale;

Exigences :

  • Diplôme universitaire en marketing et/ou en communication, ou toute autre formation pertinente;
  • Excellente maîtrise du français tant à l’oral qu’à l’écrit;
  • Excellente connaissance des réseaux sociaux.

 Atouts :

  • Posséder trois à cinq années d’expérience pertinente;
  • Connaissance de la langue anglaise;
  • Expérience en agence de marketing;
  • Capacité à faire du montage graphique et vidéo;
  • Connaissance de la région du Kamouraska et du Bas-Saint-Laurent.

 Conditions :

Ce poste est permanent à raison de 35 heures par semaine. Salaire et avantages sociaux selon les échelles en vigueur. La date prévue d’entrée en fonction est le 3 septembre 2019.

Un milieu de vie qui concilie travail et nature, des avantages sociaux du territoire qui se vivent au quotidien! www.Lekamouraska.com

Si vous souhaitez relever ce magnifique défi, veuillez faire parvenir votre candidature au plus tard le 15 août à midi, à l’attention de madame Pascale Dumont-Bédard, directrice générale, via courriel à l’adresse suivante :  kamouraskacorpo@gmail.com.

Envoie-nous ton CV, nous avons très hâte de te rencontrer!

Read more

Les fêtes commémoratives de nos municipalités, un levier pour le développement de nos collectivités

Près de 30 personnes étaient réunies le 25 avril dernier à l’Auberge Cap Martin, dans la municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, pour le Café-rencontre de Solidarité rurale du Kamouraska qui portait sur l’organisation des festivités de commémoration visant à souligner la fondation de plusieurs municipalités kamouraskoises.

La conférencière Mme Jacinthe Thiboutot, coordonnatrice des fêtes du 125e de Saint-Germain a partagé l’expérience qu’elle a vécue au cours de la dernière année, ainsi que ses réflexions sur les enjeux auxquels font face les comités organisateurs et les retombées positives et concrètes qu’engendrent ces célébrations pour les communautés locales.  Sans nécessairement tenir une rencontre portant spécifiquement sur la vision des fêtes, Mme Thiboutot a mentionné l’importance de se donner une vision au cours des rencontres et de la construire autour des objectifs fixés par l’équipe de travail. La vision commune des festivités a des impacts positifs avant, pendant et après les fêtes, et ce, tant sur les plans communautaire, culturel et matériel. Pour elle, les facteurs clés de réussite sont la gouvernance, l’équipe, la communication, les contacts humains et le temps !

« Les fêtes commémoratives sont bien plus que des activités sociales divertissantes. Elles sont l’occasion de se remémorer l’histoire de sa communauté, de créer des liens solides entre les natifs et les nouveaux arrivants, de développer l’identité, le sentiment d’appartenance et de fierté de la population et d’améliorer ses infrastructures et équipements. Elles sont aussi une opportunité extraordinaire pour se tourner vers l’avenir et faire naître des idées et des projets de développement pour le futur! » de conclure Mme Thiboutot.

Bon nombre de municipalités du Kamouraska fêteront dans les prochaines années : Rivière-Ouelle, Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Saint-Bruno-de-Kamouraska, Saint-Joseph-de-Kamouraska, Saint-Philippe-de-Néri, Sainte-Hélène-de-Kamouraska et Saint-Pascal.

La municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pocatière tient à remercier l’Auberge Cap Martin pour son accueil et son appui à la tenue de cet événement.

Organisée par le CISSS du Bas-Saint-Laurent, la SADC du Kamouraska et la MRC de Kamouraska, la prochaine rencontre de Solidarité rurale du Kamouraska aura lieu en septembre 2019, à compter de 8h, le lieu est à déterminer.

Pour plus d’information et pour participer à la prochaine rencontre, contactez Marijo Couturier-Dubé au 418 492-1660 poste 236.

– 30 –

Vignette photo:
Marijo Couturier-Dubé, conseillère en développement rural à la MRC de Kamouraska, Rosaire Ouellet, maire de la municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Jacinthe Thiboutot, coordonnatrice des fêtes du 125e de Saint-Germain, Denis Beaulieu, Sébastien Tirman, agent de développement à la municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Dominique Pineault, organisatrice communautaire au CISSS du Bas-Saint-Laurent et Isabelle Chouinard, agente de développement à la SADC du Kamouraska.
Read more

Treize projets reçoivent l’aval du Fonds de développement des territoires de la MRC de Kamouraska

Le conseil de la MRC de Kamouraska appuie treize projets de développement et d’amélioration des milieux de vie de nos communautés à des organismes sans but lucratif (OBNL) via le Fonds de développement des territoires (FDT).

Le conseil de la MRC donnait l’aval, le 8 mai dernier, à la mise en place de onze nouveaux projets locaux et deux projets régionaux que les OBNL vont réaliser sur le territoire de nos municipalités pour améliorer les milieux de vie. Ces projets s’intègrent à la réalisation des objectifs des priorités annuelles du FDT. Les secteurs touchés sont principalement dans les domaines du développement d’infrastructures de loisir, plein-air et du développement de la culture.

Ainsi, les sommes dispensées serviront au développement de projets locaux tels que  la valorisation du presbytère de Saint-Denis-De La Bouteillerie, les aménagements extérieurs de la Chapelle du Quai de Rivière-Ouelle, la conversion de la Chapelle de la grève en espace communautaire, la phase 3 de l’aménagement d’un parc intergénérationnel à Saint-Onésime-d’Ixworth, « le Mémorial » au cimetière de Rivière-Ouelle, le Marché public à Kamouraska, la phase 2 de l’aménagement du parc municipal « Saint-Germain encore plus beau », des outils de communication pour le Marché public de la Grande-Anse, le développement de plateaux de travail pour les Ateliers Mon-Choix, la glissade sur tubes de Saint-Pacôme et la rénovation du secteur Est pour le Jardin floral de La Pocatière.  Pour le volet régional, des contributions de 20 000 $ sont accordées pour le projet Cabouroc de Parvis Saint-Germain pour l’aménagement de l’accueil du gym d’escalade tandis que le Camp Canawish de Rivière-Ouelle développera des pistes d’hébertisme et un mur d’escalade.

Un effet levier pour la région 

Ces projets totalisent un investissement global de 415 019 $ et auquel le FDT participe à la hauteur de 115 300 $. « Grâce à ce fonds, nous avons en main un outil financier pour améliorer les milieux de vie des citoyens. Ainsi, un  dollar (1 $) injecté dans les localités permet de générer près de 3,60 $ dans le milieu, créant ainsi un effet de levier pour aider à la réalisation de projets dans nos 17 municipalités» de mentionner monsieur Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska.

Pour plus d’information concernant le développement rural, communiquez avec madame Thérèse Brodeur, conseillère en développement rural à la MRC de Kamouraska, au 418 492-1660, poste 237 ou tbrodeur@mrckamouraska.com.

Ce fonds est financé suite à la signature d’une entente relative au Fonds de développement des territoires du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

-30-

Read more

Une première soirée reconnaissance soulignant le bénévolat à Saint-Germain

Le conseil municipal de Saint-Germain a tenu à souligner pour une première fois dans le cadre d’une activité spéciale, l’importante implication bénévole de ses citoyens. Avec la tenue des fêtes du 125e qui ont eu lieu en juin 2018, l’occasion était propice pour organiser un 5 à 7 soulignant l’apport exceptionnel des de ces derniers, contribuant ainsi au dynamisme de la municipalité.

C’est en très grand nombre que les gens de la communauté ont répondu à l’invitation lancée par la municipalité, alors que près d’une centaine de citoyens-bénévoles se sont rassemblés à la salle municipale. À leur arrivée, chacun a reçu en cadeau un verre à vin gravé de la mention « merci ». La municipalité tenait à offrir un objet significatif, permettant de remercier personnellement les gens de leur implication. 

« Vous êtes une inspiration au quotidien! Par votre générosité et votre solidarité, vous avez un impact réel sur notre vie communautaire.Chaque bénévole apporte à notre communauté quelque chose d’unique et de précieux de par son expérience, sa personnalité et son parcours de vie», de mentionner le maire de la municipalité de Saint-Germain, M. Daniel Laplante, alors qu’il prenait la parole devant l’assemblée.

Puisque cet événement souligne l’importance de l’engagement bénévole, tout en mettant en valeur et en lumière le dévouement de chacun à une cause qui lui tient à coeur, les organismes avaient été sollicités afin de désigner un représentant pour que celui-ci puisse prendre la parole et parler de son expérience de bénévolat. Pendant presque une heure, ce sont tout près d’une quinzaine de personnes qui sont venues témoigner tour à tour de l’apport, tant au niveau personnel que collectif, qu’offre un engagement au sein de sa communauté.

Au terme de la soirée, qui aux dires de plusieurs fut un succès, la municipalité de Saint-Germain a fait tirer 4 billets pour des représentations du spectacle Naval, présenté par le Cirque de la Pointe-Sèche au cours de l’été. Les gagnants sont Mme Linda Bérubé, Mme Gilberte Ouellet-Moreau, M. Michel Turgeon et Mme Michelle Laplante. L’ensemble de ces prix sont d’une valeur totale de 268 $.

En terminant, mentionnons que la représentante du député Bernard Généreux, Mme Annie Francoeur était présente ainsi que M. Christian Picard pour la députée et ministre Marie-Eve Proulx et M.Jean Dallaire préfet suppléant de la MRC de Kamouraska.

-30-

Vignette photo:
À l’issue d’un tirage au sort, 4 personnes ont remporté des billets pour des représentations du spectacle Naval, présenté par le Cirque de la Pointe-Sèche au cours de l’été. Les gagnants sont Mme Linda Bérubé, Mme Gilberte Ouellet-Moreau, M. Michel Turgeon et Mme Michelle Laplante, accompagnés du maire de Saint-Germain, M. Daniel Laplante.
Read more

Les producteurs agricoles au cœur d’une grande démarche pour la rivière Ouelle

Une quarantaine de personnes étaient réunies le 25 avril dernier à Rivière-Ouelle pour l’activité de lancement du projet « Le bassin versant de la rivière Ouelle : des ressources à protéger », organisée par le Groupe conseil agricole de la Côte-du-Sud. Producteurs agricoles, intervenants de différents organismes et élus municipaux ont participé à cette journée d’information et de discussions sur les différentes actions à mettre en œuvre pour préserver les terres agricoles, les bandes riveraines et améliorer la qualité de l’eau.

L’équipe de conseillers en agroenvironnement du Groupe conseil agricole de la Côte-du-Sud, dont madame Sylvie Choquette et monsieur Marc Montpetit, ont présenté le projet qui se veut une grande démarche concertée avec les producteurs et la Municipalité de Rivière-Ouelle, le MAPAQ, la MRC de Kamouraska, le Syndicat de l’UPA de Kamouraska ainsi que l’Organisme de bassin versant de Kamouraska, L’Islet et Rivière-du-Loup (OBAKIR). « L’implantation d’une stratégie pour la protection de nos bandes riveraines, de nos sols et rivières fait partie de la mise en œuvre de notre plan de développement de la zone agricole et le travail de concertation entre les différents acteurs est primordial. », de dire le maire délégué à l’agriculture et au bioalimentaire, M. Rosaire Ouellet. Suite à cette présentation, les participants ont pu entendre des exemples provenant de différentes régions du Québec.

L’après-midi était consacré à des échanges entre les participants sur les actions possibles à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs tels que garder le sol en place, filtrer les matières fertilisantes et favoriser la biodiversité. Les discussions étaient riches en partage de connaissances et de savoir-faire de la part des producteurs. Non seulement il a été question de préserver une bande riveraine mais également de l’importance des différentes pratiques culturales dont les cultures permanentes qui ont un impact positif sur la qualité des sols et de l’eau. Tel que mentionné par les producteurs, chaque secteur du bassin versant a ses particularités et ses contraintes selon le sol et la rivière.

Les producteurs ont aussi soulevé les enjeux auxquels ils font face tels que les débordements de la rivière au printemps ou l’érosion liée au mouvement des marées. Conscients que chaque producteur doit composer avec les défis de la nature, les conseillers du Groupe conseil agricole de la Côte-du-Sud ont prévu rencontrer individuellement chacun des producteurs de la rivière Ouelle pour établir le portrait de la situation et cibler avec eux les actions à réaliser. Mme Choquette et M. Simard ont d’ailleurs mentionné à quelques reprises l’importance de travailler ensemble dans ce processus.  « Il est nécessaire d’organiser des rencontres comme celle d’aujourd’hui pour débuter afin d’outiller nos producteurs. C’est aussi pour cette raison que nous avons créé il y a quelques années, le comité de la rivière Ouelle », de conclure M. Louis-Georges Simard, maire de Rivière-Ouelle.

-30-

Read more

Le Kamouraska se positionne comme un pôle d’innovation d’importance pour les mycotechnologies au Canada

Le Cégep de La Pocatière et son centre collégial de transfert de technologie (CCTT),Biopterre – Centre de développement des bioproduits, sont fiers d’annoncer l’obtention d’un financement global de 5,45 M$, pour la mise en place du Regroupement pour l’Innovation Fongique (RIF). Le RIF a pour but de développer et d’intégrer les mycotechnologies dans les produits et procédés industriels. Les mycotechnologies se définissent comme des biotechnologies utilisant les champignons.

« Cette initiative, structurante pour le milieu, s’inscrit dans une vision de développement économique et scientifique. Notre région se positionne pour devenir un pôle d’innovation d’importance pour les mycotechnologies au Canada », annonce la directrice générale de Biopterremadame Marie-Pierre Dufresne.

Dans le cadre de ce financement, le RIF obtient plus particulièrement un appui de 2 M$ de la part du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) complété par un apport de l’industrie et de la communauté de 1,95 M$ pour soutenir une programmation de recherche répondant aux besoins des entreprises partenaires. Madame Agathe Vialle, directrice scientifique chez Biopterre, précisequ’à moyen terme la programmation permettra aux industries d’intégrer les mycotechnologies et de créer des emplois au sein de plusieurs secteurs industriels tels que : le secteur agricole/horticole; les secteurs de la construction et des matériaux à base de mycocomposite ou encore le secteur des services en environnement. « Un réseau de membres se mettra également en place afin d’optimiser les collaborations entre les chercheurs et les entreprises concernées », d’ajouter madame Vialle.

« Le RIF fait partie des 8 programmations de recherche d‘envergure soutenue par le CRSNG à travers le pays. Notre institution est fière d’être partenaire de cette initiative majeure et de maintenir sa position parmi les leaders de la recherche collégiale au Canada », de préciser madame Marie-Claude Deschênes, directrice générale du Cégep de La Pocatière.

À cette programmation, s’ajoute un volet de développement d’infrastructures de recherche de 1,5 M$, financé par la Fondation canadienne pour l’innovation pour une somme de 566 102 $, par le ministère de l’Économie et de l’Innovation pour 566 102 $ et par Développement économique Canada pour les régions du Québec via une contribution non remboursable de 160 000 $. Le financement est complété par Biopterre et d’autres partenaires.

« L’innovation en sciences et en technologies qui résultera du partenariat entre le Cégep de La Pocatière et l’industrie jouera un rôle important dans le développement économique de la région et du pays », affirme madame RoseannO’ReillyRunte, présidente-directrice générale de la Fondation canadienne pour l’innovation. « Par ses recherches en mycotechnologies dans les domaines alimentaires et pharmaceutiques, le regroupement offre un atout formidable pour la communauté » ajoute-t-elle.

« Ce regroupement est sans contredit un pas important dans le positionnement de notre région comme chef de file en mycotechnologies. Nous sommes heureux de compter sur des institutions dynamiques, innovantes et proactives telles que le Cégep et Biopterre », de dire le préfet de la MRC de Kamouraska, monsieur Yvon Soucy.

-30-

Vignette photo:
Mme Agathe Vialle, directrice  scientifique, Biopterre,
Mme Marie-Pierre Dufresne, directrice générale, Biopterre – Centre de développement des bioproduits, Mme Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Mme Marie-Claude Deschênes, directrice générale, Cégep de La Pocatière et Mme Pascale Malenfant, professionnelle de recherche, Biopterre
Read more

Être mieux outillé pour transférer sa ferme

Le mardi 9 avril dernier, la MRC de Kamouraska était l’hôte de deux rencontres d’information organisées par le Comité relève agricole issu de la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent (TCBBSL). Cette journée mettait fin à la tournée régionale entreprise par le comité depuis le mois de janvier dernier.

Ce sont en tout 30 intervenants du secteur bioalimentaire qui ont participé à la rencontre d’information qui avait lieu en avant-midi et 20 producteurs du Kamouraska qui étaient présents en après-midi. L’objectif de la journée était tout d’abord d’en connaître davantage sur la démarche qui a pour but de promouvoir le transfert non-apparenté de terres et d’outiller le producteur en réflexion ou en processus.  Pour ce faire, un microsite « Transférer sa ferme », mis en place par la TCBBSL et un numéro de téléphone sans frais 1 833 MA-FERME (1 833 623-3763) sont à la disposition du producteur cédant.

Le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Pêcheries du Québec (MAPAQ), le Centre régional d’établissement en agriculture du Bas-Saint-Laurent (CRÉA), la Financière agricole du Québec (FADQ) et le réseau Agriconseils du Bas-Saint-Laurent étaient également conférenciers lors de la journée afin d’informer les intervenants et les producteurs des outils et des aides financières disponibles lors d’un transfert agricole, avec relève familiale ou non-familiale. Ce fut aussi l’occasion de présenter L’ARTERRE, un nouveau service d’accompagnement et de jumelage entre aspirants-relève et propriétaires agricoles cédants au Québec auquel les huit MRC du Bas-Saint-Laurent ont adhéré. Les agents de maillage du Bas-Saint-Laurent travaillent en étroite collaboration avec les conseillères en transfert au CRÉA et avec plusieurs autres intervenants, notamment en établissement d’entreprises bioalimentaires.

Témoignage

Les rencontres de l’avant-midi et de l’après-midi se sont terminées par le témoignage d’un transfert non familial accompagné par Mme Antonine Rodrigue du CRÉA. Les propriétaires de la Ferme Valdolain inc. ont présenté leur démarche, leur réflexion en amont et les objectifs qu’ils se sont donnés dans ce processus. Ils ont mentionné aux participants l’importance de s’entourer d’une « équipe-étoile » pour ce projet qui est certainement un des plus gros en tant que propriétaires d’une entreprise agricole dont ils souhaitent la continuité. Le repreneur mentionne quant à lui l’importance d’impliquer la relève dans les décisions liées à l’entreprise. Le fait d’être impliqué lui permet tranquillement d’apprendre la gestion de l’entreprise tout en développant un sentiment d’appartenance à son environnement de travail qui deviendra petit à petit son entreprise.

Rosaire Ouellet, maire de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et maire délégué à l’agriculture et au bioalimentaire du Kamouraska, a mentionné que l’enjeu de la relève est bien présent sur le territoire comme partout ailleurs au Québec. La relève agricole et l’occupation dynamique du territoire agricole sont au coeur du plan de développement de la zone agricole de la MRC de Kamouraska. Le processus de transfert non-apparenté est l’une des solutions à la poursuite du dynamisme agricole. « Le cédant doit prendre le temps de réfléchir à son transfert, de s’outiller pour le faire et tranquillement faire place à la continuité. De son côté, la relève doit prendre le temps d’avancer dans cette démarche, d’acquérir de l’expérience et faire preuve de patience« , de conclure M. Rosaire Ouellet.

– 30 –

Read more

Une formation pour développer ses compétences interculturelles

Depuis les derniers mois, des formations pour développer des compétences interculturelles ont été offertes aux organismes et municipalités du Kamouraska. Le 12 mars dernier, avait lieu la troisième, celle destinée aux municipalités accueillantes. Ces trois formations ont réuni plus d’une soixantaine d’intervenants du milieu.

La formatrice, Annie Demers-Caron, a permis au groupe de mieux saisir la réalité des personnes se lançant dans un processus d’immigration, ainsi que le choc culturel que vivent la plupart des personnes dans les mois suivant leur arrivée au Québec. Des suggestions d’idées pour favoriser leur intégration en milieu de travail et dans leur milieu de vie ont aussi été remises aux gens présents.

Les ateliers ont notamment permis de mieux orienter les interventions de chacun dans un contexte interculturel, mais aussi d’amorcer une réflexion sur les pratiques à l’intérieur des organismes et au sein des communautés. Les réflexions de groupe ont conduit les participants à mieux connaitre les services des organismes et à envisager des partenariats pour combler des besoins. Un certain nombre de lacunes en matière d’accueil et d’intégration ont également été soulignées par les organismes et les municipalités désireuses de pouvoir référer les personnes immigrantes vers un guichet unique.

Les actions organisées par la MRC de Kamouraska sont effectuées dans le cadre du programme Mobilisation et diversité du Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI). Ces actions et les subséquentes ont pour objectifs de préparer, informer et sensibiliser le milieu et ainsi créer une communauté encore plus inclusive et accueillante.

Pour en découvrir davantage sur les services offerts aux personnes immigrantes sur le territoire, visitez le https://lekamouraska.com/offres/immigrer-au-kamouraska/

-30-

Read more

Un nouveau plan de développement pour 2019-2023 à Saint-André

Saint-André, le 22 mars 2019 – Le maire de Saint-André, M. Gervais Darisse, et Mme Caroline Roberge, secrétaire du Comité de développement, ont procédé le 22 mars dans le cadre d’un 5 à 7, au dévoilement du nouveau plan de développement de la municipalité pour les années 2019 à 2023.

Avec un taux de réponse des plus enviables, à savoir 82 formulaires complétés au cours du mois de mai 2018 pour une municipalité comptant un peu plus de 200 résidences, les résultats obtenus ont permis d’enrichir la réflexion dans les mois qui ont suivi. Les enjeux et les actions souhaités par la population ont été exprimés lors de différentes consultations permettant au final d’identifier les axes de développement suivants : l’environnement (écosystème et physique), l’économie diversifiée, la culture et la collectivité.

« Les consultations tenues lors de la dernière année furent un véritable succès de participation. Avec ce nouveau plan de développement, notre dynamique communauté prépare son avenir. Cette mise à jour exprime toute l’énergie et l’espoir qui émerge de cette année de réflexion », de déclarer le maire.

Pour le comité de coordination, cette mise à jour du plan de développement était un moment propice pour faire le point sur les enjeux à venir de la municipalité. À cet égard, le comité avait planché sur la rédaction d’un questionnaire permettant de prendre le pouls des organismes du milieu et des andréens et andréennes. Ce plan de développement présente le portrait de la Municipalité de Saint-André, les actions réalisées récemment et celles priorisées pour les prochaines années.

« Le comité de coordination estime que le nouveau plan de développement reflète bien le désir de la population. En le faisant sien, la municipalité de Saint-André s’assure de répondre aux attentes exprimées », de mentionner Caroline Roberge.

Adopté lors de la séance du conseil municipal du 5 février dernier, le plan de développement a impliqué le soutien d’une conseillère en développement rural de la MRC de Kamouraska et a été réalisé notamment grâce à la participation financière, de la MRC via le Fonds de développement des territoires – Volet Amélioration des milieux de vie, à la hauteur de 2 000 $.  De plus, la municipalité a eu recours au service professionnel d’un agent de développement, étalé sur une année, afin d’être appuyé dans cette démarche.

Les gens intéressés à consulter le document peuvent se rendre sur le site Internet de la municipalité au www.standredekamouraska.ca ou en téléphonant au 418 493-2085.

– 30 –

Crédit photo: Mario Ouimet

Vignette photo:

M. Gervais Darisse maire de Saint-André, avec des membres du comité de coordination, Mme Caroline Roberge comité de développement, M. Alain Parent conseiller municipal, M. Guy Lapointe conseiller municipal, Jacques Bodart, artiste et Sébastien Tirman agent de développement

Read more

Semaine de l’emploi au Bas-Saint-Laurent du 18 au 23 mars : une grande réussite au Kamouraska!

La Pocatière, le 22 mars 2019 – Dans le cadre de la Semaine de l’emploi au Bas-Saint-Laurent, qui s’est tenu du 18 au 23 mars 2019, le bureau de Services Québec de La Pocatière, les organismes en employabilité du Kamouraska, ainsi que les institutions d’enseignement et leurs partenaires se sont unis pour offrir une programmation d’activités innovantes et diversifiées.

Conférences pratiques

Le lundi 18 mars en après-midi, plus de 40 employeurs de la région ont eu la chance de participer à des ateliers express pour être un employeur de choix en 2019. Ces ateliers portaient sur les thématiques suivantes : le recrutement de travailleurs étrangers à l’international, les pratiques innovantes en ressources humaines ainsi que l’importance du territoire dans une démarche de recrutement de main-d’oeuvre, la reconnaissance des acquis et des compétences des travailleurs et les bonnes pratiques pour l’embauche d’étudiants.

Rencontres dynamiques

Le 18 mars lors d’un 4 à 6, 34 employeurs et une centaine d’étudiants se sont réunis au Cégep de La Pocatière. Cet événement à caractère décontracté était une occasion unique pour les employeurs de rencontrer des étudiants dynamiques à la recherche d’un emploi ou d’un stage. Des élèves du Centre de formation professionnelle de Rivière-du-Loup, du Cégep de La Pocatière ainsi que de l’Institut de technologie agroalimentaire, campus de La Pocatière étaient présents. L’activité est sans contredit à refaire, de l’avis des employeurs et étudiants présents. « C’était une belle occasion pour faire découvrir notre entreprise; beaucoup d’étudiants sont venus me rencontrer pour en apprendre davantage sur nos opportunités de carrière », mentionne Mme Marie Eve Dionne, conseillère en santé et sécurité au travail de Kamco Construction Inc.

La population était au rendez-vous!

Le 20 mars à 19 h, une soirée sous le thème Et si j’ai encore le  cœur à l’ouvrage, organisée par le SAE Kamouraska, a eu lieu au Centre Bombardier. Visant les employeurs et les citoyens de 55 ans et plus, l’évènement a rejoint plus de 60 participants. La fiscalité et la retraite étaient entre autres abordées, suivies d’un panel pour sensibiliser les personnes qui réfléchissent à la retraite, qui sont déjà retraitées ou qui envisagent un retour sur le marché du travail. Cela a notamment permis de démystifier les impacts fiscaux réels ou non sur le revenu des travailleurs expérimentés

«Orgware», la force d’un réseau

La semaine s’est terminée avec le professeur Frédéric Laurin, de l’école de gestion de l’Université du Québec à Trois-Rivières. M. Laurin y a présenté les facteurs clés du succès d’une démarche de développement régional. Près de 50 personnes étaient présentes dont des organismes, des municipalités et des élus.

« On constate l’impact d’une mobilisation de partenaires à l’échelle du territoire, la présence des entreprises démontre l’importance qu’ils accordent aux efforts des acteurs de leur région et qu’ils sont ouverts à de l’accompagnement pour le développement de leur entreprise », mentionne Mme Hélène Marquis, directrice du bureau de Services Québec de La Pocatière.

Le comité organisateur tient à remercier les nombreux partenaires qui collaborent à l’événement :

-30-

Photo 1: Des conférences express étaient organisées pour les employeurs du territoire à la bibliothèque du Cégep de La Pocatière sous le thème Être employeur de choix en 2019.
Photo 2: Un 4 à 6 réseautage était organisé entre employeurs et étudiants de L’ITA Campus de La Pocatière, du Cégep de La Pocatière et du Pavillon-de-l’Avenir de Rivière-du-Loup. Un trentaine d’employeurs et une centaine d’étudiants étaient présents.
Photo 3:Une activités s’adressant aux travailleurs expérimentés sous le thème de la Fiscalité et la retraite, suivi d’un panel de conférenciers, s’est tenue au Centre Bombardier de La Pocatière. Une soixantaine de personnes étaient présentes.
Photo 4: Une conférence sur le Orgware a été présentée à des représentants d’organismes, de municipalités et d’élus à Saint-Pascal, devant près de 50 personnes.
Read more